24 Novembre 2016 – Séminaire de recherche du LAM

14 h30 Salle des Stages de la Maison des Suds, campus Pessac

Ce séminaire se déroulera à la Maison des Suds et commencera à 14h30.

Pour rappel, voici la présentation du thème que nous allons discuter pour cette séance :

La citoyenneté

Pour cette deuxième séance, nous avons choisi de questionner la notion de citoyenneté, une notion qui est au cœur des débats publics, politiques, mais aussi scientifiques. Cette séance sera l’occasion de revenir sur les questionnements académiques que soulève l’usage relativement récent de cette notion dans le milieu scientifique. L’intérêt pour cette notion a, en effet, été longtemps marginalisé, notamment par les études de science politique. Ce n’est que dans les années 1970-80, que les analyses portant sur la citoyenneté commencent à se banaliser, et qu’entre la fin des années 1990 et le début des années 2000 que l’on assiste à l’institutionnalisation d’un champ d’études sur la citoyenneté avec notamment la publication de la revue Citizenship Studies. Les études d’histoire, de sociologie ou encore celles portant sur les questions de genre ont largement contribué à ce renouvellement.

L’une des principales contributions de ces études critiques a consisté à remettre en question la dimension normative de la conception philosophico-juridique de la citoyenneté. Ces études ont montré que les conceptions libérale et républicaine de la citoyenneté qui se sont imposées au début de la Modernité, et dont la Révolution américaine (1776) et la Révolution française (1789) sont les porteuses, sont en fin de compte l’expression de visions très restrictives de la citoyenneté, mais surtout socialement et politiquement situées. En invitant à dépasser ces deux traditions libérale et républicaine du citoyen, entendu comme sujet de droit tenu à des obligations formelles dans sa participation aux affaires de la Cité, ces études proposent ainsi de saisir la citoyenneté dans la diversité de ses représentions et de ses pratiques (religieuse, politique, culturelle, de genre, économique, ethnique, etc.).

Pour orienter nos réflexions et préparer cette séance de discussion, nous vous proposons deux textes. Le premier d’Engin Isin (Centre for Citizenship) remet en question la rigidité de la citoyenneté juridique et propose un cadrage théorique original qui permet de penser la citoyenneté en « acte ». Le deuxième texte de Catherine Neveu (LAIOS IIAC//CNRSCentre national de la recherche scientifique -EHESS) se propose quant à lui d’identifier différentes dimensions de la citoyenneté, mais aussi de questionner les enjeux méthodologiques que pose l’étude de ces citoyennetés en acte.

Venant d’horizons disciplinaires différents comme l’histoire, la géographie, la sociologie et la science politique, et travaillant par ailleurs sur des terrains aussi variés que le Venezuela, la Côte d’Ivoire, la France, l’Afrique du Sud ou encore l’Angola, les intervenantes réunies pour cette séance vont partager avec nous leurs réflexions sur la citoyenneté et nous aider à comprendre ce que signifie qu’être citoyen dans ces pays de par le passé ou encore à l’époque contemporaine.

Intervenantes :

  • Barré Louise, doctorante en histoire à LAM;
  • Brandler-Weinreb Jessica, docteure en sociologie et rattachée au CREDA, Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (Université Sorbonne La Nouvelle, Paris 3);
  • Chloé Buire, chercheuse en géographie CNRSCentre national de la recherche scientifique à LAM;
  • Gaulier Armelle,chercheuse en science politique à LAM et actuellement post-doctorante au CED.

Vous pouvez télécharger les documents du séminaire en cliquant sur les liens suivants  Affiche 24/11/2016 ; Isin_2008_Acts of Citizenship ; Neveu_Citoyennete

Localisation de l’événement

Itinéraire